2 octobre 2016 7 02 /10 /octobre /2016 16:01

                             

                               à Denys-Paul Bouloc

 

 

Voici l'automne en pelage madré,

gloire des cuivres, des rousseurs,

qui nous ramène aux sortilèges.

D'immobiles regards nous suivent,

inquiets de nos profonds désirs,

vers la fontaine ensorcelée.

 

Merlin veille sur les arcanes

où mûrit le silence des chênes.

 

 

 

Frédéric Jacques Temple

Anthologie personnelle

Actes Sud, 1989

SG