19 février 2012 7 19 /02 /février /2012 08:45

 

        Absents,

 

les arbres ont retiré leur ombre

pour nous laisser la nôtre.

        Nuit de la terre.

        Les racines ont des doigts

        qui touchent ceux des morts.

Sous la faulx de l'Ankou, sur l'échine

des monts hurlent les vents avec

 

les loups d'antan.

 

 

 

Gilles Baudry

Nulle autre lampe que la voix

Rougerie, 2006

SG