15 avril 2011 5 15 /04 /avril /2011 06:07

 

Les arbres du parc, solennels,

qui ont bu les soleils et l'air de tant d'années,

mêlent à la tradition de la cité

les frondaisons de tous les coins du monde.

La mer, si proche, paraît loin,

si étrange pour elle est leur exubérance.

Dans les prés, aux rives du lac,

ils éploient la touffe aérienne

des verts sombres et des verts clairs,

les fourrés solitaires,

la douce immensité des fronts que le jour lisse...

Ombres et reflets dans l'eau,

dans le ciel fine opulence.

 

 

                                                Traduction de l'auteur 

 

 

Pierre Rouquette

La poésie occitane

René Nelli 

Seghers, 1972

 

 

                                 

 

 

 

Arbres del parc

 

 

Los arbres solemnes del Parc

qu'an begut l'aire e los solelhs de tant d'annadas,

mesclan las ramas de totas parts del mond

abarrejats dintre la tradicion urbana.

La mar, tota acostada, sembla luènh

tant li es estranha lor ufana

Per las pradas, en riba del lac,

espandisson la tosca enlairada

dels verds sornes e dels verds clars,

los fornits solitaris,

l'immensitat suava dels fronts lises d'esclaire...

Ombras e rebats dins l'aire,

fina opulència pel cel.

SG