8 juillet 2011 5 08 /07 /juillet /2011 07:26
  

                         A Jean Pélégri.

 

 

Feuille une seule et pas une autre

Qui frémit

Passage d'un élytre

Ou soupir de la sève

 

L'arbre du soir un seul

Debout devant un homme

Devant cet homme et pas un autre

 

Cet arbre-ci et pas un autre

Pour qui le soir universel

S'entoure de crépuscule.

 

Le jour se meurt

L'homme l'assiste

 

L'arbre s'enracine

La feuille le savait

 

Devant le noir

Le sommeil est aux aguets

 

La nuit secrète connaît seule

Le lendemain.

 

 

 

 

Gabriel Audisio

Racine de tout

Rougerie, 1974

SG