19 janvier 2011 3 19 /01 /janvier /2011 16:29

 

Quand au clair de l'hiver

un vent pointu attaque

les arbres ciselés,

on entend, aux gerçures,

le bois blessé qui craque,

la ramure qui geint.

 

Mais au clair du printemps

quand la rondeur du vent

essaime l'océan,

c'est, au corps des rameaux,

le corset des bourgeons

qui craque

et la sève alanguie

revient.

 

 

 

Paul Bergèse

C'est une peu comme si

tu venais chez moi

SOC et FOC

SG