31 mai 2011 2 31 /05 /mai /2011 11:06

 

                    à la mémoire de Pierre Gabriel,     

 

      Avant l'homme l'arbre ne savait pas

qu'une carène de bateau

qu'une poutre habitait son torse,

que des meubles rêvaient en lui

de vie facile, de beauté...

Avant l'homme

le silex ne soupçonnait pas

que le feu l'habitait encore.

L'animal errait libre et farouche

selon sa règle et son instinct,

le nuage, dans sa colère,

n'avait qu'une flèche de mort

pour des tonnes de vie...

 

      Après l'homme

les maisons ont oublié l'arbre,

méprisé la pierre trop personnelle,

l'animal a subi son enclos, sa mangeoire,

l'homme son travail programmé.

Le feu, redevenu folie sans maître

a pulvérisé l'arbre,

détruit la maison, les troupeaux...

Il pourra même effacer l'homme.

 

 

 

Armand Monjo

Dans la peau du monde

Rougerie, 1997