3 mai 2011 2 03 /05 /mai /2011 07:56

 

Toute une nuit au bord de l'horizon

Il te cherchait, n'osant clamer par-dessus l'or

Si tu criais parmi les oiseaux morts

Si tu donnais la voix pour les peuples

Ou si muette tu venais dans l'épaisseur des vitres.

 

 

Il se tenait près de la nuit parmi les arbres

Il se levait dans son aurore et mort

Il chérissait tant d'ombre il déhalait ce bruit

Et te seyait, toi pure aux mains de qui poussaient

Les laves de minuit en l'arbre contemplées.

 

 

Il se tenait devant la nuit

Entretenu d'un vent de glace

Et se levaient les aigles sans cité

 

Mendiants dévolus qui lavaient l'horizon.

 

 

 

Édouard Glissant

Le sel noir

Gallimard, 2010