1 juillet 2010 4 01 /07 /juillet /2010 18:35

 

chaque soir la sylve avec ses oiseaux

se déplace à l'heure où le butor lance

au bord des étangs son cri désolé

la forêt glisse au cœur du silence

 

à pas feutrés la forêt se déplace

chaque nuit à l'insu du garde-chasse

on ne peut décemment interdire

aux vieux chênes un brin de fantaisie

 

et tant pis pour ceux que cela dérange

en tout cas ça n'ennuie pas les mésanges

ni les chevreuils et surtout pas les anges

qui sont toujours heureux de changer d'air

 

le vent dans les feuilles mobiles chante

une chanson plus vieille que le temps

les anges reprennent en chœur cet air

connu des fantômes qui sont contents

 

dans les hameaux noirs où les ruines rêvent

 

 

 

Jean-Claude Pirotte

La boîte à musique

La Table Ronde

SG