31 août 2010 2 31 /08 /août /2010 16:45

 

Il y en a qui survivent aux déluges

 

Sur leur membrure des collèges d'oiseaux sombres

scrutent les chemins de la vie en bas

 

Le sol n'est rien moins que sûr

 

D'autres supportent des générations : on les admire

on les mesure

On les peint sur des enluminures

 

On les interroge    Dans un manuscrit de la Bodleian

Alexandre lui-même dialogue avec "l'arbre parlant"

et ses bourgeons à têtes d'animaux

 

L'arbre dit qu'il voudrait se faire entendre

comme le caillou acharné à forger son cri en rubis

de passion colère froide de diamant

 

pas seulement jouer une partition de feuilles et d'ombres

 

Ne pas être en reste avec l'humain qui disperse à tous vents

les semences de ses théories et poèmes

et prétend l'accoucher de sa sourde parole le contenant

 

 

 

Claire Malroux

Ni si lointain

Le Castor Astral

SG