19 août 2017 6 19 /08 /août /2017 07:41

 

Le cerisier

la nuit,

échappe au regard

 

et ce qui reste alors

de la fleur et du fruit

s'offre avec délice

à ce merle

trop humain,

 

qui s'aventure, furtif,

dans le verger du sommeil,

là où l'obscur en nous

attend, irréelle,

la venue du matin.

 

 

 

 

Guillaume Lebreton

Ferveur de l'arbre sec

Cheyne Éditeur, 1989