14 mai 2011 6 14 /05 /mai /2011 06:12

 

Je ne sais pas lire les chênes ni les feuilles ni les mains des hommes je peux lire la lune et sais lire aussi tous tes yeux

 

je sais danser tes bras je saurais peindre aussi le soleil exilé qui te suit comme un chien

 

il y a des sources que je sais par cœur des fontaines où j'écris des lettres d'adieu une aurore où je ferme les yeux aux alarmes des belles de nuit

 

les roses sont vertes les étoiles sont noires mes mains étincellent  Viens... la vie est bleue dans les arbres

 

 

 

Norbert Lelubre

Histoires sans limites

Éditions Sylvain Chiffoleau, 1957