26 mai 2012 6 26 /05 /mai /2012 06:08

 

Une moitié brûle, l'autre pas.

 

À moitié il sera laid et tronqué,

                         et à moitié, soit.

On ne peut garder la beauté pour toujours.

 

Une moitié d'oiseaux est partie terrifiée, l'autre moitié est restée,

                         désormais on attend.

 

Beaucoup de choses doivent encore advenir,

les endroits fendus doivent guérir,

les branches brûlées doivent tomber.

Tout sera couvert par la mousse, l'agaric et la moisissure.

 

Un jour ce sera comme si un jardinier céleste,

portant avec le vent le pollen, les plumes, les grains et la poussière,

l'avait finalement revêtu, un jour doré et serein,

d'une nouvelle forme primitive :

encore un peu de lierre sur les plaies.

 

 

 

 

Nikica Petrak

Points d'exclamation

Anthologie de la poésie croate contemporaine

Traduction par Vanda Mikšić

Éditions Caractères, 2003