31 décembre 2012 1 31 /12 /décembre /2012 07:29

 

Les grands peûpliers, comm' des Capucins,

Vont chanter les Vêp's, sous leû' rob' de bure.

Les brouillards du soér i's r'mont'nt en essaims

Du fond des vieux douét's, dans les vieill's pâtures.

Là-bas les côtieaux i's s'gonf'nt, comm' des seins,

Sous l'z'écharp's d'hivar, bianch's comm' des voélures ;

Les grands peûpliers, comm' des Capucins,

Vont chanter les Vêp's, sous leû' rob' de bure.

 

C'est vrai qu'on dirait' des moén's d'auterfoés

Qui s'en vont périer ôvec leû's mains jointes,

Ovec leûs mains d'boés, comm' les vieux saints d'boés,

Leû's mains l'vé's en point', comm' sûs l'z'imag's peintes.

Où don' qu'i's s'en vont, comm'ça, troés par troés,

Comm'ein' précession, tout au long des cheintes ?

C'est vrai qu'on dirait' des moén's d'auterfoés

Qui s'en vont périer ôvec leû's mains jointes.

 

Il en vient d'partout', des mille et des cent,

Tout à part' de vu, l'long des pâturages,

Et d'pûs loin, partout' où que d'l'ieau descend,

Ent' les menth's foulé's, d'bârrage en bârrage ;

Tout comm' les bonhomm's qu'allaient, en s'préssant,

Faire, en l'z'anciens temps, quéqu' pélerinage,

Il en vient d'partout', des mille et des cent,

Tout à part' de vu, l'long des pâturages.

 

Les grands peûpliers, i's s'ront p'têt' ben, d'main,

Des Dominicains sous leû' rob' de neige ;

Et pis, quand l'Printemps viendra par les ch'mins,

D'longs fuseaux tout varts qui fil'ront l'ciel beige ;

Tout dorés, tout roug's, et d'tous les amains,

I's défil'ront côr pour quéqu' grand cortège ;

Les grands peûpliers, i's s'ront p'têt' ben, d'main,

Des Dominicains sous leû' rob' de neige...

 

Mais, asth'eûr, i's sont d'ein couleûr, à c'soér,

Qu'est ben assortie à c'qui nous end'mine ;

Et tout c'qui l'z'entour' s'en r'ssent : l'vieux ciel noér

Acrâs' de son poéds ein' mâsure en ruines...

On dirait qu'leû' file é' mén', sans espoér,

Tout au long des rout's, ein deul qui s'ach'mine...

Les chandell's de Nouël sont souffié's, à c'soér...

L'cœûr et l'temps sont môrts... i' fait triste... i' bruine...

 

 

                                        30-31 décembre 1950 - 1er janvier 1951

 

 

 

 

Émile Joulain

Rimiaux du grand soulé....

Rimiaux du clar de leune...

H. Siraudeau et Cie, Angers, 1956

SG