1 décembre 2012 6 01 /12 /décembre /2012 07:06

 

Pleuvait-il cet été-là ?

S'associèrent-ils des nuages ?

J'ai serré l'arbre et la pierre

Dans leur mouvement immobile

 

Les collines sous leurs orages

Le chemin qui brûle à l'orée

La feuille à vibrer par l'air

J'ai retrouvé leur tremblement et leur rumeur

Ô structures, ailes chaudes

Je les ai pliées et ouvertes dans la couleur

 

Surface où s'élève un vœu

Habile à garder la foulée

Comme si le malheur n'existait pas

                           de s'être fait nuit

Ni la tristesse inquiète à l'ombre plus

                            longue de la mort

 

Ni aucun regret, mais cette halte

Entre l'avant et le Songe

 

 

                                     28 novembre - 5 décembre 1995

 

 

 

Jacques Chessex

Poésie III

Bernard Campiche Éditeur, 1997

SG