24 mars 2013 7 24 /03 /mars /2013 07:16

 

Mais il est une racine en la profondeur

Qui coule sa sève comme l'eau sur les limons

Une parole, élargie à l'univers

Façonne les visages,

Murmure les secrets des espaces,

Gémit la plainte des oiseaux de mer

Par les temps de brume, souffre la douleur des mal-aimés.

 

Elle court avec le vent le long des tempêtes

Se grave au cœur des êtres ;

Et bondit des montagnes, joyeuse

Comme un cri d'enfant.

Non, on ne peut dire : elle est ici

Ou bien, elle est là-bas.

Plus vaste que l'océan,

Son mystère se déploie comme un bras

Où tressaille la multitude.

Enracinée en chaque parcelle,

Elle l'ouvre à l'infini.

 

 

 

Hervé Huet

Les yeux brûlés

Debresse-poésie, 1972

SG