3 mars 2013 7 03 /03 /mars /2013 07:19

 

De tendres chemins

En douces clairières

De bruyère en pins,

Se respire un air chargé de résine.

De vagues de dunes

En vagues eaux pâles

Musarde une lune

D'étangs qui s'étalent.

Craquent sous les pas des branches d'épines.

De hameaux déserts

En huttes de brande

Se risque l'écho

D'un dernier troupeau,

Et toute la lande

Glisse vers la mer...

Et soupire d'aise la forêt tranquille

Mêlant ses racines

En molles collines

Tirant ses amarres, elle défend son île.

De lumière chaste

Poudrant la charmille

Aux vibrants contrastes

D'un rouge couchant,

Les landes scintillent

De gemmes d'argent...

Silence immobile de fin de saison,

Troublante harmonie de nuit de passion.

 

De rares prairies en sombres fourrés

Les Landes gémissent...

 

D'étranges marais en brassées de joncs

Les Landes frémissent...

 

Pays impalpable et sobre beauté,

Immuable terre de sérénité,

Landes qui inspirent

Landes qu'on respire

À en expirer...

 

 

 

 

Madeleine Mansiet-Berthaud

De sable et d'eau

Princi Negue Editor, 2002

SG