1 juin 2013 6 01 /06 /juin /2013 06:05
   

Cet arbre vers lequel tu tendais tes mains enfantines, le grenadier verdoyant aux belles fleurs vermeilles,

 

a tout entier reverdi naguère dans le jardin solitaire et silencieux, et Juin le vivifie de sa lumière et de sa chaleur.

 

Toi, fleur de mon être foudroyé et devenu infertile, toi, de ma vie inutile fleur unique et suprême,

 

tu gis dans la terre froide, tu gis dans la terre sombre ; nul soleil ne peut te réjouir, nul amour ne peut te réveiller.

 

 

 

Giosuè Carducci

Neuf Poésies traduites par Erminio Bonino

1911

 

 

 

                       

   

 

 

Pianto Antico

 

 

L'albero a cui tendevi

la pargoletta mano,

il verde melograno

da' bei vermigli fior,

 

nel muto orto solingo

rinverdì tutto or ora,

e giugno lo ristora

di luce e di calor.

Tu fior de la mia pianta

percossa e inaridita,

tu de l'inutil vita

estremo unico fior,

 

sei ne la terra fredda,

sei ne la terra negra

né il sol più ti rallegra

né ti risveglia amor.

SG