16 novembre 2013 6 16 /11 /novembre /2013 07:19

 

Dans les nervures de vos paumes j'avais lu la mauvaise aventure

au bout de la sève attendait l'automne

et mon amour aussi s'effeuillait

 

arbres

 

j'avais noué ma peine à vos griffures pour ébouriffer l'hiver hirsute d'éraflures

j'ignorais alors qu'au printemps revenu

vous peigneriez les rêves échevelés du vent

et que les bourgeons regorgeraient de guérissures

 

J'ai même fouillé l'ombre nouvelle des feuillages :

l'amour y avait enfoui mon âge

 

mais

 

il n'aura fallu qu'un été pour le retrouver

titubant sur les trottoirs

tandis qu'octobre ratisse une autre fois les amours mortes

 

arbres

 

 

 

Hubert Treiber

Les graffiti du labyrinthe

Éditions Saint-Germain-des-Prés, 1982 

SG