20 septembre 2013 5 20 /09 /septembre /2013 18:50

 

Je suis un arbre de plein vent.

Toute bourrasque me pourfend

Puis se love dans l'accalmie.

Je suis un arbre dans la vie

Indifférente des saisons.

 Les racines aux doigts profonds

— Filles du temps, sœurs de l'histoire —

Ramènent au jour la mémoire

Où passent mes frères humains

Qui le long des mêmes chemins

Se conjuguent avec l'espace.

L'arbre que je suis se déplace

Sur une fourche de deux pieds.

Deux rameaux pliés, dépliés,

Équilibrent bien son avance.

La cime de l'esprit qui pense,

Rafraîchi de feuilles, de fleurs,

Pense les joies et les douleurs,

Pense la mort de toute vie.

Je suis un arbre d'accalmie.

Je suis un arbre tourmenté,

Un arbre toujours traversé

Par le destin de son essence.

Ô noblesse d'humble balance,

Épreuve d'être qui ne sait

Qu'une parcelle des secrets

De l'univers indéchiffrable,

Cosmonaute de l'ineffable

Qu'entoure un peuple de gisants !

L'arbre que je suis va rêvant

Sur le sol vierge qui le porte

Et se heurte au pied de la porte

Qui doit un jour le recevoir.

Je suis un arbre dans le soir.

 

 

 

Pierre Menanteau

Œuvre poétique, tome IV 

SOC et FOC, 2001