4 juin 2013 2 04 /06 /juin /2013 06:09

 

Ô bel arbre qui, de branche en branche

Fait peser et ployer ton feuillage,

Tisse la voûte de ta cime

Autour du vieux tronc rudement dressé

Et tamise un soleil luxuriant et changeant

Qui plonge largement sur ton torse de bronze,

 

Qui sent s'alourdir de hauts bouquets

L'éventail déployé de ton feuillage

Et rôder alentour un pénétrant parfum.

Tu vois sur son arête où filtre le soleil

Glisser une lumière tendrement caressante

Qui s'attiédit en cercles autour de ton faîte.

 

Châtaignier, selon le voyage

Montant, hésitant, la tombée indécise

Du jour et de l'heure encercle

Ta totale envergure, car toi, pieux et tendre,

Tu berces tes branches qui, allant et venant

Mesurent la profondeur de mon souffle.

 

Dans la maison fraîche et obscure

Pleine d'un silence attentif, le chant de doux oiseaux

S'apparie à son propre murmure

Comme ma craintive opulence

S'insinue en pieuse pureté

Dans un brillant cortège d'étranges images.

 

Ô bel arbre, beau châtaignier

Puissé-je affronter comme toi

Les jours dans une grâce souveraine

 Moi qui, né pour une même beauté,

Doué d'un même amour et d'un pareil éclat,

Me trouve si misérablement seul... 

 

 

 

Karel Van de Woestijne

L'ombre dorée et autres poèmes

Traduction par Marcel Lecomte et Georges Thinès

La Différence, 1993

 

 

 

 

                          

 

 

 

 

O Schoone boom  

 

 

O Schoone boom die branke aan branke, 

uw loovren wegen laat en wanken, 

en't welven van uw krone weeft 

om't bonkig staan van de' ouden tronk, en,

breed over't bronzen lijf gezonken,

er wissel-weel'ge zonne om zeeft ;

 

die't breiden uwer waaier-blaêren 

van trossen hoog gebloemt bezwaren

en zwoel van reuk omwaren voelt, 

en ziet hun zon-doorzegen zijde 

van teeder-streelig licht beglijden 

dat kringend om uw kruine zoelt ;

 

kastanjelaar, alnaar de reize, 

bij rijzen, dralen, dalend dijzen 

van dag en ure, in vollen vaêm 

omkringt u; daar ge, vroom en teeder, 

uw branken wiegt die, weg en weder, 

de diepte meten van mijn aêm ;

 

en binnen duister-koelen huize 

vol luister-stilte, aan eigen suizen 

den zang der zoete vooglen paart, 

gelijk mijn eigen schroom'ge weelde 

een schoone stoet van vreemde beelden 

in vroome zuiverheid door-vaart ; —

 

o Schoone boom kastanjelare, 

mocht ik de dagen tegen-staren 

als gij : in heerschende genâ ; 

— ik die, tot zelfde schoon geboren, 

met eendre liefde en eendre glore, 

zoo moederziel-alleene sta...