28 septembre 2014 7 28 /09 /septembre /2014 06:37

 

Pour les grands bois, ensemble,

Partons au jour naissant,

Et choisissons un tremble,

Un tremble verdissant...

Qu'il soit svelte et superbe.

Ô ma brune aux yeux bleus,

Abattons-le dans l'herbe,

            À nous deux.

 

 

Il craque, il penche, il plie…

Victoire !... Il est tombé.

Vite, une bonne scie

De clair acier trempé ;

De la racine aux branches,

Dans le tronc vigoureux

Coupons de minces planches,

            À nous deux.

 

 

Avec les planches blondes

D'où la sève jaillit,

Pour nos noces fécondes

Construisons un doux lit.

La mousse fine pousse

Autour des saules creux :

Emplissons-le de mousse,

            À nous deux.

 

 

Puis avec la ramure,

Préparons un berceau

Tapissé de verdure,

Frais comme un nid d'oiseau.

Pour la couche légère,

Pour l'oreiller moelleux

Tressons de la fougère,

            À nous deux.

 

 

Voilà la couche prête,

Voilà l’enfant venu…

Dans la barcelonnette

Il s'endort demi-nu.

Berçons, berçons ensemble

Le mignon aux yeux bleus,

Qui sourit et ressemble

            À nous deux.

 

 

                       Imité d’une chanson lithuanienne

 

 

 

André Theuriet

Poésies

A. Lemerre, 1881

SG