11 septembre 2014 4 11 /09 /septembre /2014 17:39

 

Je me souviens      est-ce que c'est seulement

quand une silhouette nette      le vif d'un regard

le ton exact d'une voix      et les mots qui ne sont qu'à elle

surgissent des halliers du passé      présence sûre

qui s'assied avec nous autour de la table

comme on fait dans la vie qui ignore la mémoire

mais se contente d'être là      sans penser au passé      sans

      penser à l'avenir ?

 

 

L'instant présent      Il pose la main sur notre main

comme pour dire      Ici      Maintenant      Ne te retourne pas

et ne cherche pas à voir ce qu'il y a en avant

Repose-toi dans ce qui est là      dans le maintenant

à la manière de l'œuf qui remplit la coquille

ou de celui qui aime une personne entièrement

et qui est tout entier contenu dans cet amour

 

 

Mais la mémoire c'est aussi      c'est peut-être surtout

la forêt      son histoire si compliquée

qu'on ne peut plus la lire      Les jeunes plants

les grands fûts      les houppiers des chênes

les fourrés de ronces et d'aubépines

l'embrouillamini des taillis et des buissons

l'entrelacs des troncs et des plantes grimpantes

les clairières herbeuses et les primevères

les narcisses      les chelidoines et les campanules

et les proliférations mousseuses de la mousse

Si tu pénètres dans le sous-bois des souvenirs

il n'y a plus de commencement ni de fin

ni de séparation      ni de limite      ni d'autonomie

Le réseau des racines s'étend à perte de fougères

Les ramures dans le ciel font leur bruit d'océan

 

 

 

Claude Roy

Les pas du silence suivi de Poèmes en amont

Gallimard, 1993

SG