31 août 2011 3 31 /08 /août /2011 06:58

 

     Une ancienne innocence reçoit et meurt de recevoir qui l'a perdue. L'oiseau est son fruit mélodieux.

 

     Une éternité destinée au salut. Chaque tête en devient la sensation.

 

     Isolé dans l'étendue, il devient l'homme de bois qui songe au vent. La vertèbre, aussi, où le ciel se soude à la Terre.

 

     Le même arbre pousse en lui, invisible en l'univers.

 

     Il expose tout en bas le mouvant cristal de l'espace et du temps.

 

     Et l'air qui cherche son désir parmi les feuilles y reconnaît la lumière de son propre frisson.

 

     En l'arbre la Terre s'éteint, en l'arbre le Ciel renonce. En l'arbre la beauté peut régner.

 

 

 

 

 

    (arbre)

 

 

         

fruit mélodieux

tête de sensation

nulle inquiétude

voix des morts

vertèbre et mouvant

cristal du frisson

 

en lui s'éteint la Terre

en lui renonce le Ciel

en lui règne la Beauté

 

 

 

 

Claude Margat

Vision dans le silence

Editions Unes, 1997

SG