12 janvier 2012 4 12 /01 /janvier /2012 07:20
  

Les ramifications, les accidents

D'un arbre n'empêchent pas

Qu'il grandisse, colonne ou tortueuse

Image de force nouée. Mais nous,

Que sommes-nous ? Une colonne de fumée,

Une vapeur sur des tombeaux.

Rien ne fixe l'errance d'une pensée,

Cheminée du soir dans la chaumière,

Rien, sinon quelques habitudes de plomb.

La tombe nous attire, la fascination des stèles,

Blanches rangées de pierres inutiles aux vivants.

Nous ne savons pas vivre debout,

Ou bien, c'est la tête perdue dans des automnes de femmes

Avec des froissements de chevaux qui nous entraînent

Plus vite que l'ombre que nous fuyons.

 

À quoi bon tous ces remue-ménage de départs ?

L'arbre sait mieux,

La sinuosité de la branche lui apprend

La souplesse d'un devenir immobile

À la rencontre de la sève.

 

 

 

René Ferriot

50 Ans de Poésie

France Europe Éditions, 2002