12 octobre 2011 3 12 /10 /octobre /2011 09:15

 

Dans la forêt du Rhin

les oiseaux font silence :

    de ce pays d'absence

    mon cœur est souverain.

 

L'été dans quelques pommes

perd ses dernières dents ;

    déjà nos jours ardents

    sont envahis de sommes.

 

Le squelette du feu

décharne le feuillage :

    sur son nuage bleu

    mon cœur part en voyage.

 

Aux saules riverains

    la neige se balance :

dans la forêt du Rhin

chante, oiseau du silence...

 

 

 

Claude Vigée

Aux portes du labyrinthe

Flammarion, 1996

SG