24 août 2022 3 24 /08 /août /2022 10:39

 

EN PASSANT PAR LA FORÊT DES ARDENNES.

 

Au milieu des bois inhospitaliers et sauvages, où ne marchent qu'à grand risque des hommes armés, moi, je marche sans crainte : rien ne peut m'alarmer que le soleil qui tient ses rayons du vivant Amour.

 

Et je m'en vais chantant (ô mes pensers sont sages!) celle que le ciel ne pourrait éloigner de moi ; car je l'ai dans les yeux, et il me semble voir avec elle des dames et des demoiselles, et ce sont des sapins et des hêtres.

 

Il me semble l'entendre, lorsque j'entends les rameaux, les brises, les feuillages et les oiseaux qui gémissent, et les eaux qui fuient en murmurant à travers l'herbe verte.

 

Jamais le sublime silence et l'horreur solitaire d'une ombreuse forêt ne me plurent autant, si ce n'est que mon soleil se trouve trop loin de mes regards.

 

 

 

 

Pétrarque

Poésies de Pétrarque

Traduction complète par le comte F. L. de Gramont

P. Masgana, 1842

 

                  et des arbres...
   

Abricotier     Acacia    Alisier     Aloès     Amandier    Arbre à soie    Arbre de Judée    Arganier  Aubépin   Aulne    Baobab    Bouleau    Caroubier    Cactus     Cédratier    Cèdre    Cerisier    Charme   Châtaignier    Chêne    Citronnier    Cocotier    Cognassier     Cornouiller    Cyprès    Érable      Eucalyptus    Figuier    Flamboyant    Frêne    Ginkgo   Grenadier    Hêtre    If    Laurier    Lilas    Magnolia    Manguier    Marronnier    Mélèze    Mélia azédarach    Micocoulier     Mimosa    Mûrier-platane     Niaouli    Noisetier    Noyer     Ombú    Olivier    Oranger    Orme    Palmier    Pêcher    Peuplier    Pin    Plaqueminier    Platane    Poirier    Pommier   Prunier    Robinier    Santal    Sapin    Saule    Séquoia    Sophora    Sorbier    Sureau    Sycomore    Teck    Térébinthe    Tilleul    Tremble    Tulipier

 

Feuille

Forêt

À ce jour, 1252 poètes, 2816 poèmes

et de nombreux artistes ...

Bonne lecture !

Sylvie Gaté