10 novembre 2012 6 10 /11 /novembre /2012 07:11

 

Quatre arbres ont vu passer la Peste. C'étaient trois grands peupliers d'or. C'était un saule au bord du pont qui souleva un peu le front.

 

Quatre arbres regardaient dans l'onde leurs doux reflets d'or et d'argent, et tout était tranquille au monde. La Peste est passée sur le pont.

 

Que les soleils sont beaux le soir : ils dorent l'univers et dans l'air jusqu'aux ventres blancs des oiseaux — jamais les vêtements de la Peste !

 

La goule est passée toute petite et puis plus grande et sans marcher, sans se presser, tout en glissant et sans marcher, sous sa cagoule.

 

Un soleil meurt au fond du monde. L'eau court plus vite sous les arches, comme pour aller au fond du monde se consoler et se cacher.

 

Le saule a penché son visage sur sa pâle image effrayée. Le saule a noyé son visage sous le frisson des peupliers.

 

 

 

 

Paul Fort

Revue Vers et prose

Tome 9 , 1907

SG

 

                  et des arbres...
   

Abricotier     Acacia    Alisier     Aloès     Amandier    Arbre à soie    Arbre de Judée    Arganier  Aubépin   Aulne    Baobab    Bouleau    Caroubier    Cactus     Cédratier    Cèdre    Cerisier    Charme   Châtaignier    Chêne    Citronnier    Cocotier    Cognassier     Cornouiller    Cyprès    Érable      Eucalyptus    Figuier    Flamboyant    Frêne    Ginkgo   Grenadier    Hêtre    If    Laurier    Lilas    Magnolia    Manguier    Marronnier    Mélèze    Mélia azédarach    Micocoulier     Mimosa    Mûrier-platane     Niaouli    Noisetier    Noyer     Ombú    Olivier    Oranger    Orme    Palmier    Pêcher    Peuplier    Pin    Plaqueminier    Platane    Poirier    Pommier   Prunier    Robinier    Santal    Sapin    Saule    Séquoia    Sophora    Sorbier    Sureau    Sycomore    Teck    Térébinthe    Tilleul    Tremble    Tulipier

 

Feuille

Forêt

À ce jour, 1243 poètes, 2800 poèmes

et de nombreux artistes ...

Bonne lecture !

Sylvie Gaté