20 octobre 2015 2 20 /10 /octobre /2015 14:36

 

Les arbres de l'avenue or et roux

diminuent à vue d'œil

perdent leurs feuilles

 

Un peu plus nus chaque jour

les retrouve debout leur parure

à leurs pieds éparpillée

 

En larmes ils se font piller par

le vent la pluie

Au sol leur robe mâchurée macère

souillée par les pas des passants

 

Les marronniers flamboyants ne seront

demain que bois sec et fusain

dressés dans le ciel blanc

 

 

 

Louise Herlin

L'amour exact

La Différence, 1990

SG