21 août 2015 5 21 /08 /août /2015 06:07

 

Par les Arbres nous rentrerons Seuls à

nous aider de leur équanimité avec nos

          livres qui moisissent

que tes oreillers soient toujours en crin

une guêpe dans le mai apollinarien

calmement armés nous atteindrons le soir

          et tes beaux seins communs

au pied des marronniers enchandelés les

enfants précaires immortels nous font

joie mais appuyé contre une ante voici

que je regarde le ciel il va s'écrouler

          je regarde mes troupes défiler

          je n'écoute par leur sentence

          je cherche ma tombe disparue

 

 

 

 

Jude Stéfan

Élégiades

Gallimard, 1993

SG