18 septembre 2022 7 18 /09 /septembre /2022 08:58

 

Un arbre éperdument jette ses bras au ciel

Car le lierre à la longue l'a étranglé :

On le voit qui voudrait à tout prix s'agripper

À tout ce qui passe en fait de nuages, brumes,

Mais il ne saisit rien, et c'est l'insaisissable

Qui s'empare sournoisement de lui, l'évide,

Le point de l'écorce au cœur sans que compatissent

Pour autant les étourneaux qui viennent en bandes

S'y poser, y sifflant et modulant leurs notes,

Surtout quand le soleil descend, visible ou non,

Et qu'il va faire nuit. Et quand toutes les choses

Seront dans le noir, il sera encore là

De tous ses rameaux morts mêlé à l'univers

Dans la proximité des constellations.

 

 

                                       (Le Plessis-Bourré, samedi 18 septembre 1993.)

 

 

 

Robert Marteau

Registre : liturgie III, 1993-1995

Champ Vallon, 1999

 

                  et des arbres...
   

Abricotier     Acacia    Alisier     Aloès     Amandier    Arbre à soie    Arbre de Judée    Arganier  Aubépin   Aulne    Baobab    Bouleau    Caroubier    Cactus     Cédratier    Cèdre    Cerisier    Charme   Châtaignier    Chêne    Citronnier    Cocotier    Cognassier     Cornouiller    Cyprès    Érable      Eucalyptus    Figuier    Flamboyant    Frêne    Ginkgo   Grenadier    Hêtre    If    Laurier    Lilas    Magnolia    Manguier    Marronnier    Mélèze    Mélia azédarach    Micocoulier     Mimosa    Mûrier-platane     Niaouli    Noisetier    Noyer     Ombú    Olivier    Oranger    Orme    Palmier    Pêcher    Peuplier    Pin    Plaqueminier    Platane    Poirier    Pommier   Prunier    Robinier    Santal    Sapin    Saule    Séquoia    Sophora    Sorbier    Sureau    Sycomore    Teck    Térébinthe    Tilleul    Tremble    Tulipier

 

Feuille

Forêt

À ce jour, 1243 poètes, 2800 poèmes

et de nombreux artistes ...

Bonne lecture !

Sylvie Gaté