27 mai 2013 1 27 /05 /mai /2013 06:05

 

Pommiers et cerisiers en fleur aident le village à planer dans la douce, la sale nuit de mai, gilet de sauvetage blanc, les pensées

prennent le large.

 

Herbes et mauvaises herbes aux coups d'ailes silencieux, obstinés. La boîte aux lettres luit paisiblement, on ne peut revenir sur ce qui est écrit.

 

Un vent tiède frais traverse ma chemise et touche du doigt le cœur.

Pommiers et cerisiers rient tout bas de Salomon,

fleurissent dans mon tunnel. J'ai besoin d'eux,

non pour oublier, mais pour me souvenir.

 

 

 

Tomas Tranströmer

Œuvres complètes (1954-1996)

Traduit du suédois par Jacques Outin

Le castor astral, 1996

commentaires