16 janvier 2012 1 16 /01 /janvier /2012 07:15
  

La forêt découvre qu'il n'est

pas nécessaire d'être aimée.

 

Elle sait que l'on peut être

belle sans le faste inquiet

de l'apoplexie.

 

La douceur de n'être rien pour

personne la dispense des ornements

de la passion.

 

 

 

François Jacqmin

Les Saisons

Éditions Labor, 1988

SG