15 juin 2013 6 15 /06 /juin /2013 06:06

 

Quel était ce matin où j’ai pour la première fois

traversé ton nom d’arbre ?

 

Était-ce en ce midi quand, d’écorce en écorce,

j’ai pénétré l’espace de ta nudité,

touché le cercle étroit de notre différence ?

 

(Quand je t’ai vu levé, frappant de ta colère

La main — ou le regard — qui t’avaient inventé,

revêtu malgré toi de l’aube des naissants.)

 

Je te savais nocturne, je te savais bouleau.

J’avais souvent nourri la sève de tes lèvres ;

 

mais ce jour-là, je ne t’ai reconnu

que des fougères, et cherchant un soleil

qui demeurait brisé dans le creux de tes mains.

 

(Et je t’ai vu levé, aveugle et séparé.

Je t’ai vu boire, et, contre le rocher,

dessiner un nom d’homme que je n’osais pas lire.)

 

 

 

 

Monique Laederach

Poésie complète

L'Âge d'Homme, 2003

SG

 

                  et des arbres...
   

Abricotier     Acacia    Alisier     Aloès     Amandier    Arbre à soie    Arbre de Judée    Arganier  Aubépin   Aulne    Baobab    Bouleau    Caroubier    Cactus     Cédratier    Cèdre    Cerisier    Charme   Châtaignier    Chêne    Citronnier    Cocotier    Cognassier     Cornouiller    Cyprès    Érable      Eucalyptus    Figuier    Flamboyant    Frêne    Ginkgo   Grenadier    Hêtre    If    Laurier    Lilas    Magnolia    Manguier    Marronnier    Mélèze    Mélia azédarach    Micocoulier     Mimosa    Mûrier-platane     Niaouli    Noisetier    Noyer     Ombú    Olivier    Oranger    Orme    Palmier    Pêcher    Peuplier    Pin    Plaqueminier    Platane    Poirier    Pommier   Prunier    Robinier    Santal    Sapin    Saule    Séquoia    Sophora    Sorbier    Sureau    Sycomore    Teck    Térébinthe    Tilleul    Tremble    Tulipier

 

Feuille

Forêt

À ce jour, 1243 poètes, 2800 poèmes

et de nombreux artistes ...

Bonne lecture !

Sylvie Gaté