10 septembre 2011 6 10 /09 /septembre /2011 06:45
  

Sombrez sapins

                votre langue roide

Habite mon âme hors du temps

Dressez sapins ô nuit déjà

Sur la terre où vous durez

Votre château noir

 

Depuis notre séparation sapins

J'ai bu la source de la fée

Et le lait des muses

Elles seules ont su me guérir

Ô toisons de sucre et de mémoire

Essayez les vieilles médecines

Sapins du verrou

Louez les remèdes de bonnes femmes

Bois du regret

 

Je n'ai pas envie de fuir

La couche de la sorcière

Nue à la cime et au puits

 

J'ai envie de m'endormir

Du même songe creux

Que la dame aux sucs

 

J'ai envie de me confondre

À la baie rose enfouie

Dans la gardienne des résines

 

Ô sapins

                sapins de contes

Maintenant je ne risque plus

                de sombrer dans votre tristesse

J'aime vos voix au fond du souvenir

Au temps où je vous chantais

                devant le feu

La neige tombant à la fenêtre

Vous couvrant encore de la ferveur

Des âmes fortes

 

 

 

 

Jacques Chessex

Allegria

Grasset, 2005

SG

 

                  et des arbres...
   

Abricotier     Acacia    Alisier     Aloès     Amandier    Arbre à soie    Arbre de Judée    Arganier  Aubépin   Aulne    Baobab    Bouleau    Caroubier    Cactus     Cédratier    Cèdre    Cerisier    Charme   Châtaignier    Chêne    Citronnier    Cocotier    Cognassier     Cornouiller    Cyprès    Érable      Eucalyptus    Figuier    Flamboyant    Frêne    Ginkgo   Grenadier    Hêtre    If    Laurier    Lilas    Magnolia    Manguier    Marronnier    Mélèze    Mélia azédarach    Micocoulier     Mimosa    Mûrier-platane     Niaouli    Noisetier    Noyer     Ombú    Olivier    Oranger    Orme    Palmier    Pêcher    Peuplier    Pin    Plaqueminier    Platane    Poirier    Pommier   Prunier    Robinier    Santal    Sapin    Saule    Séquoia    Sophora    Sorbier    Sureau    Sycomore    Teck    Térébinthe    Tilleul    Tremble    Tulipier

 

Feuille

Forêt

À ce jour, 1243 poètes, 2799 poèmes

et de nombreux artistes ...

Bonne lecture !

Sylvie Gaté