26 mars 2011 6 26 /03 /mars /2011 08:22

 

Où commence le mouvement ?

Pourquoi la torsion végétale et l'épanouissement

des feuilles nous semblent-ils à notre image ?

L'arbre vit sans nous,

figure secrète et labyrinthe où nous cherchons des signes.

Les tatouages de l'ombre prolongent

une angoisse oubliée, la courbe de la branche

enferme le nœud des questions sans réponse,

et l'oiseau se moque de nos sortilèges

que déchire le vent.

Le cri du moins libère la chair de ses torsions

et de ses voltes, le baobab se mure

derrière la surface fascinante et vide

d'un silence de pierre mythique torpeur.

La courbe seule interroge,

violence étouffée,

le poids d'un regard pour lire des lignes

gravées.

Avec les pluies un mince bouquet de feuilles

apporte à l'écorce l'obole d'un don léger

comme un muguet

dans la trompe d'un dinosaure.

 

 

 

René Ferriot

Revue Poésie 1 n°80-82

SG

 

                  et des arbres...
   

Abricotier     Acacia    Alisier     Aloès     Amandier    Arbre à soie    Arbre de Judée    Arganier  Aubépin   Aulne    Baobab    Bouleau    Caroubier    Cactus     Cédratier    Cèdre    Cerisier    Charme   Châtaignier    Chêne    Citronnier    Cocotier    Cognassier     Cornouiller    Cyprès    Érable      Eucalyptus    Figuier    Flamboyant    Frêne    Ginkgo   Grenadier    Hêtre    If    Laurier    Lilas    Magnolia    Manguier    Marronnier    Mélèze    Mélia azédarach    Micocoulier     Mimosa    Mûrier-platane     Niaouli    Noisetier    Noyer     Ombú    Olivier    Oranger    Orme    Palmier    Pêcher    Peuplier    Pin    Plaqueminier    Platane    Poirier    Pommier   Prunier    Robinier    Santal    Sapin    Saule    Séquoia    Sophora    Sorbier    Sureau    Sycomore    Teck    Térébinthe    Tilleul    Tremble    Tulipier

 

Feuille

Forêt

À ce jour, 1239 poètes, 2787 poèmes

et de nombreux artistes ...

Bonne lecture !

Sylvie Gaté