11 mai 2014 7 11 /05 /mai /2014 11:59

 

Je t'appelle. Venant vers toi j'ai croisé des petits civilisés et des

    orages de nuits.

Je me suis dressée sur la pointe des pieds au-dessus d'épaules

    où j'étais tenue puis j'ai posé les talons pour ne plus rien voir du

    monde sans douceur.

 

Non, tu ne connais pas encore ma voix.

Longtemps j'ai pensé à toi comme à un jeune arbre.

Plus tard j'ai vu des hommes aiguiser leur couteau contre l'écorce.

Plus tard j'ai vu des cargos appareiller et des trains s'en aller chargés

    de pousses claires et de buissons.

 

Alors je t'ai pensé pour ces oiseaux qui bougent et font avec les

    arbres de grandes roues bruissantes.

 

Je présumais en toi ce mélange de lourdeur, de plumes, d'immo-

    bilité et de vent.

 

Tu tournes toujours vers où ça appelle.

 

 

 

Marie Huot

Chants de l'éolienne

Le temps qu'il fait, 2006

SG

 

                  et des arbres...
   

Abricotier     Acacia    Alisier     Aloès     Amandier    Arbre à soie    Arbre de Judée    Arganier  Aubépin   Aulne    Baobab    Bouleau    Caroubier    Cactus     Cédratier    Cèdre    Cerisier    Charme   Châtaignier    Chêne    Citronnier    Cocotier    Cognassier     Cornouiller    Cyprès    Érable      Eucalyptus    Figuier    Flamboyant    Frêne    Ginkgo   Grenadier    Hêtre    If    Laurier    Lilas    Magnolia    Manguier    Marronnier    Mélèze    Mélia azédarach    Micocoulier     Mimosa    Mûrier-platane     Niaouli    Noisetier    Noyer     Ombú    Olivier    Oranger    Orme    Palmier    Pêcher    Peuplier    Pin    Plaqueminier    Platane    Poirier    Pommier   Prunier    Robinier    Santal    Sapin    Saule    Séquoia    Sophora    Sorbier    Sureau    Sycomore    Teck    Térébinthe    Tilleul    Tremble    Tulipier

 

Feuille

Forêt

À ce jour, 1243 poètes, 2800 poèmes

et de nombreux artistes ...

Bonne lecture !

Sylvie Gaté