21 avril 2014 1 21 /04 /avril /2014 07:15

 

    « Sur cette terre les maisons sont fragiles », disait le père. Ce sont les peupliers qu'il soignait avec son sourire le plus fin. Même les prairies s'en vont au fil de l'eau à présent ; avec son image à lui l'homme. On entretient toujours le domaine un peu, pour que ne gagne pas la ronce. Mais le chemin et l'arbre flottent sur son sourire, derniers remous. La maison s'use dans la mémoire des enfants. Ses paroles de jardinier nous reviennent avec le vent dans les peupliers. Ni dieu ni trace. L'eau file. Les morts très lentement bougent dans les saisons. Et travailler devient le rite de leur culte.

 

 

Jean-Claude Valin

Arrhes poétiques

Le Pont de l'Épée, 1967

SG

 

                  et des arbres...
   

Abricotier     Acacia    Alisier     Aloès     Amandier    Arbre à soie    Arbre de Judée    Arganier  Aubépin   Aulne    Baobab    Bouleau    Caroubier    Cactus     Cédratier    Cèdre    Cerisier    Charme   Châtaignier    Chêne    Citronnier    Cocotier    Cognassier     Cornouiller    Cyprès    Érable      Eucalyptus    Figuier    Flamboyant    Frêne    Ginkgo   Grenadier    Hêtre    If    Laurier    Lilas    Magnolia    Manguier    Marronnier    Mélèze    Mélia azédarach    Micocoulier     Mimosa    Mûrier-platane     Niaouli    Noisetier    Noyer     Ombú    Olivier    Oranger    Orme    Palmier    Pêcher    Peuplier    Pin    Plaqueminier    Platane    Poirier    Pommier   Prunier    Robinier    Santal    Sapin    Saule    Séquoia    Sophora    Sorbier    Sureau    Sycomore    Teck    Térébinthe    Tilleul    Tremble    Tulipier

 

Feuille

Forêt

À ce jour, 1239 poètes, 2787 poèmes

et de nombreux artistes ...

Bonne lecture !

Sylvie Gaté