19 novembre 2013 2 19 /11 /novembre /2013 07:05

 

Un arbre s'élevait dont les féconds rameaux,

Des orages du monde abritant ma faiblesse,

Répandaient dans mon sein, que trop de clarté blesse,

Et les plus douces fleurs et les fruits les plus beaux.

 

Une étoile brillait, le plus pur des flambeaux,

Dont le divin sourire, égayant ma tristesse,

Pour réchauffer mon cœur, altéré de tendresse,

Eût percé d'un rayon la pierre des tombeaux.

 

Cet arbre protecteur, — je vivais dans son ombre,—

C'était toi !.... Cette étoile où mon âme trop sombre

Retrouvait ses lueurs, c'était toi ! c'était toi !

 

L'arbre est encor debout, l'astre peut encor luire ;

D'où vient donc que je pleure et qu'il n'est plus pour moi

Ni feuillage, ni fruit, ni rayon, ni sourire ?

 

 

                                         Poitiers, 18 mai 1849.

 

 

Edmond Arnould

Sonnets et poèmes

Charpentier, 1861

SG

 

                  et des arbres...
   

Abricotier     Acacia    Alisier     Aloès     Amandier    Arbre à soie    Arbre de Judée    Arganier  Aubépin   Aulne    Baobab    Bouleau    Caroubier    Cactus     Cédratier    Cèdre    Cerisier    Charme   Châtaignier    Chêne    Citronnier    Cocotier    Cognassier     Cornouiller    Cyprès    Érable      Eucalyptus    Figuier    Flamboyant    Frêne    Ginkgo   Grenadier    Hêtre    If    Laurier    Lilas    Magnolia    Manguier    Marronnier    Mélèze    Mélia azédarach    Micocoulier     Mimosa    Mûrier-platane     Niaouli    Noisetier    Noyer     Ombú    Olivier    Oranger    Orme    Palmier    Pêcher    Peuplier    Pin    Plaqueminier    Platane    Poirier    Pommier   Prunier    Robinier    Santal    Sapin    Saule    Séquoia    Sophora    Sorbier    Sureau    Sycomore    Teck    Térébinthe    Tilleul    Tremble    Tulipier

 

Feuille

Forêt

À ce jour, 1243 poètes, 2800 poèmes

et de nombreux artistes ...

Bonne lecture !

Sylvie Gaté