14 juillet 2012 6 14 /07 /juillet /2012 08:18

 

De tous les Sons dépêchés par les Airs,

Nul pour moi n'a de Charge égale

À ce rythme ancien dans la Ramure

Cette Mélodie sans paroles —

Que fait le Vent — œuvrant comme un Cardeur

Dont les doigts Peignent le Ciel —

Laissant flotter — des floches d'Harmonie — 

Perçues des Dieux — et de moi —

 

Oui, pour nous, c'est un Héritage  —

Que l'Art ne peut acquérir  —

Ni le Voleur par son adresse

Ravir, car ce Bien-là

Ne s'obtient pas à l'aide de doigts —

Plus intime que l'Os — 

Or celé, pour l'ensemble des Jours,

Et même dans l'Urne,

Qui sait si la joyeuse Cendre

Ne se lèvera pas

Pour danser à sa façon bizarre

Lors d'une plus étrange Fête,

Quand les vents feront leur ronde en Fanfare  —

Et tambourineront sur la porte,

Et que, là-haut, prendra place

L'Orchestre des Oiseaux.

 

J'implore la grâce des Ramures d'Été

Pour qui — si tel Paria existe —

N'a jamais entendu ce pur Cantique —

Solennel  — de l'Arbre — s'élever,

Comme si une Caravane de Sons

De Déserts venue, dans le Ciel,

S'était Débandée,

Puis ralliée, pour filer —

En une Troupe Serrée —

 

 

 

 

Emily Dickinson

Poèmes

Traduction par Claire Malroux

Belin, 1989

 

 

 

                        ♦

 

 

 

Of all the Sounds despatched abroad,

There’s not a Charge to me

Like that old measure in the Boughs –

That phraseless Melody –

The Wind does — working like a Hand,

Whose fingers Comb the Sky –

Then quiver down — with tufts of Tune –

Permitted Gods, and me –

 

Inheritance, it is, to us –

Beyond the Art to Earn –

Beyond the trait to take away

By Robber, since the Gain

Is gotten not of fingers –

And inner than the Bone –

Hid golden, for the whole of Days,

And even in the Urn,

I cannot vouch the merry Dust

Do not arise and play

In some odd fashion of its own,

Some quainter Holiday,

When Winds go round and round in Bands –

And thrum upon the door,

And Birds take places, overhead,

To bear them Orchestra.

 

I crave Him grace of Summer Boughs,

If such an Outcast be –

Who never heard that fleshless Chant –

Rise — solemn — on the Tree,

As if some Caravan of Sound

Off Deserts, in the Sky,

Had parted Rank,

Then knit, and swept –

In Seamless Company –

 

 

 

Emily Dickinson 

SG

 

                  et des arbres...
   

Abricotier     Acacia    Alisier     Aloès     Amandier    Arbre à soie    Arbre de Judée    Arganier  Aubépin   Aulne    Baobab    Bouleau    Caroubier    Cactus     Cédratier    Cèdre    Cerisier    Charme   Châtaignier    Chêne    Citronnier    Cocotier    Cognassier     Cornouiller    Cyprès    Érable      Eucalyptus    Figuier    Flamboyant    Frêne    Ginkgo   Grenadier    Hêtre    If    Laurier    Lilas    Magnolia    Manguier    Marronnier    Mélèze    Mélia azédarach    Micocoulier     Mimosa    Mûrier-platane     Niaouli    Noisetier    Noyer     Ombú    Olivier    Oranger    Orme    Palmier    Pêcher    Peuplier    Pin    Plaqueminier    Platane    Poirier    Pommier   Prunier    Robinier    Santal    Sapin    Saule    Séquoia    Sophora    Sorbier    Sureau    Sycomore    Teck    Térébinthe    Tilleul    Tremble    Tulipier

 

Feuille

Forêt

À ce jour, 1243 poètes, 2799 poèmes

et de nombreux artistes ...

Bonne lecture !

Sylvie Gaté