9 mars 2014 7 09 /03 /mars /2014 07:00

 

     Un visage naissait du vert. Était-ce bien du vert ?

Dans l'épaisseur ouatée de la pâte, quelques larmes bleuissantes pouvaient en faire douter.

 

     Un visage naissait du vert, s'arrangeant avec du bleu, en raison de la vulnérabilité des apparences. Les pinceaux balayaient la toile, y creusaient des sillons hâtifs où, parfois, un blanc passager trouvait en tremblant un refuge.

 

     Un visage naissait du vert, du poids douloureux de quelques bleus cachés, de la danse hésitante d'un blanc crémeux.

     Déja un regard s'apprêtait à vivre, un peu de bleu accueillait l'intention. Un pinceau aux véhémences rouges réveillait le souvenir d'une joue, s'appuyait sur l'ombre noire d'une chevelure, appelait en glissant le mouvement d'un livre.

 

     Dans cette nuance de précision contrariée le regard interrogeait le modèle, en espérant se reconnaître dans ses doutes.

 

     Des bourgeonnements de pâte répétaient çà et là des rythmes tachycardiques, lointains échos d'une vie secrète qu'habituellement le miroir annule.

 

     Un visage était né du vert et, avec lui, quelque chose d'autre que les paupières baissées du modèle ne pouvaient plus dissimuler.

 

 

Lindstrom

  Lindström

 

     À un rythme saccadé, des pinceaux pendaient l'espace pour perdre sur un tamis leur surcharge crémeuse. Le modèle y voyait des restes de visage, des fragments de derme ; une matière confuse née de l'inerte et, cependant nourrie du sang de la peinture.

 

     Le visage, né du vert, s'appuyait maintenant de biais sur une plage de vert qui le prolongeait ; sur un tumulus rouge qui l'invitait à oublier la sérénité.

 

     Le visage avait choisi l'asymétrie.

 

     Il avouait que le monde était instable, que ses lois étaient prévisibles.

 

     Parfois, entre les mouvements rapides du pinceau, il pensait à la forêt, se souvenant principalement de l'ombre que les feuilles en bougeant y organisent.

 

     La forêt lui était familière.

     Il était né du vert.

 

 

 

Anne Tronche

Revue Artère n°20, 1985

 

                  et des arbres...
   

Abricotier     Acacia    Alisier     Aloès     Amandier    Arbre à soie    Arbre de Judée    Arganier  Aubépin   Aulne    Baobab    Bouleau    Caroubier    Cactus     Cédratier    Cèdre    Cerisier    Charme   Châtaignier    Chêne    Citronnier    Cocotier    Cognassier     Cornouiller    Cyprès    Érable      Eucalyptus    Figuier    Flamboyant    Frêne    Ginkgo   Grenadier    Hêtre    If    Laurier    Lilas    Magnolia    Manguier    Marronnier    Mélèze    Mélia azédarach    Micocoulier     Mimosa    Mûrier-platane     Niaouli    Noisetier    Noyer     Ombú    Olivier    Oranger    Orme    Palmier    Pêcher    Peuplier    Pin    Plaqueminier    Platane    Poirier    Pommier   Prunier    Robinier    Santal    Sapin    Saule    Séquoia    Sophora    Sorbier    Sureau    Sycomore    Teck    Térébinthe    Tilleul    Tremble    Tulipier

 

Feuille

Forêt

À ce jour, 1243 poètes, 2800 poèmes

et de nombreux artistes ...

Bonne lecture !

Sylvie Gaté