26 janvier 2013 6 26 /01 /janvier /2013 17:28

 

Ô pins devant la mer,

Pourquoi donc insister

Par votre fixité

À demander réponse ?

J'ignore les questions

De votre haut mutisme.

L'homme n'entend que lui,

Il en meurt comme vous.

Et nous n'eûmes jamais

Quelque tendre silence

Pour mélanger nos sables,

Vos branches et mes songes.

Mais je me laisse aller

À vous parler en vers,

Je suis plus fou que vous,

Ô camarades sourds,

Ô pins devant la mer,

Ô poseurs de questions

Confuses et touffues,

Je me mêle à votre ombre,

Humble zone d'entente,

Où se joignent nos âmes

Où je vais m'enfonçant,

Comme l'onde dans l'onde.

 

 

                   *

 

S'il n'était pas d'arbres à ma fenêtre

Pour venir voir jusqu'au profond de moi,

Depuis longtemps il aurait cessé d'être

Ce cœur offert à ses brûlantes lois.

 

Dans ce long saule ou ce cyprès profond    

Qui me connaît et me plaint d'être au monde,

Mon moi posthume est là qui me regarde

Comprenant mal pourquoi je tarde et tarde...

 

 

 

 

Jules Supervielle

1939 - 1945

Collection blanche

Gallimard 

SG

 

                  et des arbres...
   

Abricotier     Acacia    Alisier     Aloès     Amandier    Arbre à soie    Arbre de Judée    Arganier  Aubépin   Aulne    Baobab    Bouleau    Caroubier    Cactus     Cédratier    Cèdre    Cerisier    Charme   Châtaignier    Chêne    Citronnier    Cocotier    Cognassier     Cornouiller    Cyprès    Érable      Eucalyptus    Figuier    Flamboyant    Frêne    Ginkgo   Grenadier    Hêtre    If    Laurier    Lilas    Magnolia    Manguier    Marronnier    Mélèze    Mélia azédarach    Micocoulier     Mimosa    Mûrier-platane     Niaouli    Noisetier    Noyer     Ombú    Olivier    Oranger    Orme    Palmier    Pêcher    Peuplier    Pin    Plaqueminier    Platane    Poirier    Pommier   Prunier    Robinier    Santal    Sapin    Saule    Séquoia    Sophora    Sorbier    Sureau    Sycomore    Teck    Térébinthe    Tilleul    Tremble    Tulipier

 

Feuille

Forêt

À ce jour, 1243 poètes, 2800 poèmes

et de nombreux artistes ...

Bonne lecture !

Sylvie Gaté