21 août 2013 3 21 /08 /août /2013 06:16

 

Parfois pleurait le saule et parfois le silence

S'assoupissait — serpent — dans la chaleur des pins

Les peupliers jouaient mon âme morte ou vive

Chaque têtard des haies se voulait philosophe

Le sycomore était l'ami de mes sottises

Je luis racontais Dieu dans le cuir des bouleaux

Je luis disais mon cœur

Il en était épris

Je lui criais ma peur

Dans des touffes d'orties

Le gingko me faisait des signes chez les sœurs

Sa religiosité répandait sa ferveur

Il savait la marelle et la danse des filles

(Celle des trois cochons

Celle de Sainte-Hélène

Le ballet des tromblons, des chassepots depuis...)

 

L'alphabet s'arrêtait à la vilaine lettre

J'adressais des romans d'amour à la vilaine

Alors un vieux lézard au feu de ses lunettes

Disait de cet enfant qui picorait les mûres :

Cet ami des palétuviers est un rebelle !

Le pensionnat brûlait les arbres du poème

Et j'apprenais par cœur mes visages futurs.

 

 

 

Charles Le Quintrec

Jeunesse de Dieu

Albin Michel, 1974

SG

 

                  et des arbres...
   

Abricotier     Acacia    Alisier     Aloès     Amandier    Arbre à soie    Arbre de Judée    Arganier  Aubépin   Aulne    Baobab    Bouleau    Caroubier    Cactus     Cédratier    Cèdre    Cerisier    Charme   Châtaignier    Chêne    Citronnier    Cocotier    Cognassier     Cornouiller    Cyprès    Érable      Eucalyptus    Figuier    Flamboyant    Frêne    Ginkgo   Grenadier    Hêtre    If    Laurier    Lilas    Magnolia    Manguier    Marronnier    Mélèze    Mélia azédarach    Micocoulier     Mimosa    Mûrier-platane     Niaouli    Noisetier    Noyer     Ombú    Olivier    Oranger    Orme    Palmier    Pêcher    Peuplier    Pin    Plaqueminier    Platane    Poirier    Pommier   Prunier    Robinier    Santal    Sapin    Saule    Séquoia    Sophora    Sorbier    Sureau    Sycomore    Teck    Térébinthe    Tilleul    Tremble    Tulipier

 

Feuille

Forêt

À ce jour, 1243 poètes, 2799 poèmes

et de nombreux artistes ...

Bonne lecture !

Sylvie Gaté