19 mai 2011 4 19 /05 /mai /2011 15:40

 

                         A ma mère

 

Cela se fit une nuit pure,

Si pure cette nuit là...

Ma mère, un jeune roseau.

Mon père, vigueur d'arbre.

 

Les peupliers chantèrent

Près de l'eau.

Tout fut si profond,

Tout si abondant.

 

Ma mère fut troublée

Par le chant des peupliers.

Dans les prés de turquoise

Les grillons ont parlé...

 

Ah, grillons bavards !

Au clair de lune

par votre faute je suis né

Comme cela poète...

 

 

               Traduit par Max-Pol Fouchet

 

 

 

Gourguen Mahari

La poésie arménienne

Les Éditeurs français réunis

SG

 

                  et des arbres...
   

Abricotier     Acacia    Alisier     Aloès     Amandier    Arbre à soie    Arbre de Judée    Arganier  Aubépin   Aulne    Baobab    Bouleau    Caroubier    Cactus     Cédratier    Cèdre    Cerisier    Charme   Châtaignier    Chêne    Citronnier    Cocotier    Cognassier     Cornouiller    Cyprès    Érable      Eucalyptus    Figuier    Flamboyant    Frêne    Ginkgo   Grenadier    Hêtre    If    Laurier    Lilas    Magnolia    Manguier    Marronnier    Mélèze    Mélia azédarach    Micocoulier     Mimosa    Mûrier-platane     Niaouli    Noisetier    Noyer     Ombú    Olivier    Oranger    Orme    Palmier    Pêcher    Peuplier    Pin    Plaqueminier    Platane    Poirier    Pommier   Prunier    Robinier    Santal    Sapin    Saule    Séquoia    Sophora    Sorbier    Sureau    Sycomore    Teck    Térébinthe    Tilleul    Tremble    Tulipier

 

Feuille

Forêt

À ce jour, 1243 poètes, 2800 poèmes

et de nombreux artistes ...

Bonne lecture !

Sylvie Gaté