28 mai 2011 6 28 /05 /mai /2011 07:41

 

L'arbre est le seul patriarche qu'il accepte,

son ombre est sans clôture, ne pèse pas,

le comble d'amplitude et de recueillement,

féminine, profonde, dont les bras sans matière

ont la douceur de l'obscur, car sa béance

se nourrit d'un silence plein de rumeurs,

d'une mutité parlante au cœur, et qui l'apaise

quelle que soit sa couleur, argent-vert en avril,

ou bronze un peu avant l'hiver ; l'égalité

d'un amour visible et sans visage où la déesse

se cache, bénissant celui qui accepte la vie

et les visages, aime la circulation des choses, la bonté

de finir, la rencontre des contradictions.

Elle délègue auprès de lui une femme comblée.

 

 

 

Jean Mambrino

La saison du monde

José Corti, 1986

SG

 

                  et des arbres...
   

Abricotier     Acacia    Alisier     Aloès     Amandier    Arbre à soie    Arbre de Judée    Arganier  Aubépin   Aulne    Baobab    Bouleau    Caroubier    Cactus     Cédratier    Cèdre    Cerisier    Charme   Châtaignier    Chêne    Citronnier    Cocotier    Cognassier     Cornouiller    Cyprès    Érable      Eucalyptus    Figuier    Flamboyant    Frêne    Ginkgo   Grenadier    Hêtre    If    Laurier    Lilas    Magnolia    Manguier    Marronnier    Mélèze    Mélia azédarach    Micocoulier     Mimosa    Mûrier-platane     Niaouli    Noisetier    Noyer     Ombú    Olivier    Oranger    Orme    Palmier    Pêcher    Peuplier    Pin    Plaqueminier    Platane    Poirier    Pommier   Prunier    Robinier    Santal    Sapin    Saule    Séquoia    Sophora    Sorbier    Sureau    Sycomore    Teck    Térébinthe    Tilleul    Tremble    Tulipier

 

Feuille

Forêt

À ce jour, 1243 poètes, 2799 poèmes

et de nombreux artistes ...

Bonne lecture !

Sylvie Gaté