2 mai 2013 4 02 /05 /mai /2013 06:11

 

Je suis tout imprégné de mer et sur ma tête écument les nuées
Dans le jardin de Gulhané voilà que je suis un noyer
Un vieux noyer tout émondé le corps couvert de cicatrices
Nul ne le sait  ni toi  ni même la police.
Dans le jardin de Gulhané voilà que je suis un noyer
Et tout mon feuillage frémit comme au fond de l’eau le poisson
Et comme des mouchoirs de soie mes feuilles froissent leurs frissons
Arrache-les Ô mon amour pour essuyer tes pleurs
Or mes feuilles ce sont mes mains  j’ai justement cent mille mains
       De cent mille mains je te touche et je touche Istanbul
       Mes feuilles ce sont mes yeux et je regarde émerveillé
       De cent mille yeux je te contemple et je contemple Istanbul
       Et mes feuilles battent et battent comme cent mille cœurs
Dans le jardin de Gulhané voilà que je suis un noyer
Nul ne le sait ni toi ni même la police.

 

 

 

Nazım Hikmet

Anthologie poétique

Traduction de Hasan Gureh

Temps Actuels, 1982 

SG

 

                  et des arbres...
   

Abricotier     Acacia    Alisier     Aloès     Amandier    Arbre à soie    Arbre de Judée    Arganier  Aubépin   Aulne    Baobab    Bouleau    Caroubier    Cactus     Cédratier    Cèdre    Cerisier    Charme   Châtaignier    Chêne    Citronnier    Cocotier    Cognassier     Cornouiller    Cyprès    Érable      Eucalyptus    Figuier    Flamboyant    Frêne    Ginkgo   Grenadier    Hêtre    If    Laurier    Lilas    Magnolia    Manguier    Marronnier    Mélèze    Mélia azédarach    Micocoulier     Mimosa    Mûrier-platane     Niaouli    Noisetier    Noyer     Ombú    Olivier    Oranger    Orme    Palmier    Pêcher    Peuplier    Pin    Plaqueminier    Platane    Poirier    Pommier   Prunier    Robinier    Santal    Sapin    Saule    Séquoia    Sophora    Sorbier    Sureau    Sycomore    Teck    Térébinthe    Tilleul    Tremble    Tulipier

 

Feuille

Forêt

À ce jour, 1243 poètes, 2800 poèmes

et de nombreux artistes ...

Bonne lecture !

Sylvie Gaté