4 octobre 2012 4 04 /10 /octobre /2012 07:01

 

Foulant d'un large pied la sente rouge et blonde,

Sous les soleils d'Automne, il allait le matin,

La hache sur l'épaule ; et la forêt profonde

Tremblait, voyant en lui l'arrêt du vieux Destin.

 

Oh ! Comme il était beau quand la rude cognée

Volait entre ses mains ! Comme il se sentait roi !

Et le chêne géant, l'aulnelle dédaignée,

Le frêne, ce marquis des bois, pleuraient d'effroi.

 

Blanche, après la rosée, au bord des feuilles jaunes,

Une goutte perlait, larme des moribonds,

Pendant qu'aux noirs taillis fuyaient les petits faunes

Bondissants et craintifs, pauvres dieux vagabonds !

 

Des sanglots étouffés remplissaient la campagne,

Les arbres gémissaient dans le calme des nuits,

Et tous les bois qui vont de Lorraine en Champagne

S'agitaient à la brise, avec d'étranges bruits.

 

Mais un chêne noueux, soulevant sa racine

Sous les pas du bourreau, le fit tomber un soir ;

L'homme se mit à rire : Eh bien, l'on m'assassine !

Paix les arbres, et puis demain... il faudra voir !

 

Saisissant, dès l'aurore, en un coin de sa chambre,

Sa hache au dur tranchant, le jeune bûcheron,

A travers le linceul des brouillards de novembre,

Partit, jetant au ciel un sonore juron.

 

Il s'arrêta bientôt retrouvant le vieux chêne

De la veille, et moqueur, le frappa rudement ;

L'arbre frémit de rage impuissante et de haine,

Oscillant sur son pied dans un long craquement.

 

Car vous ne savez pas, ô citoyens des villes,

Que les arbres blessés souffrent ; je les ai vus

Secouer tout à coup les terres immobiles,

Et vers l'azur sacré tordre leurs bras feuillus.

 

Le bûcheron frappait, s'animant; l'arbre énorme

Remuait sous les coups et la bise, il semblait

Voir l'horrible combat d'un cyclope difforme

Et d'un mortel au cœur hardi. Le sol tremblait.

 

Le vent souffla plus vif. Le chêne sur la sente

S'abattit brusquement. Un grand cri, ce fut tout...

— Le soleil, à travers la brume blanchissante,

Se levait, radieux comme aux lointains mois d'août.

 

Et l'antique forêt célébrait sa victoire,

Adorant l'astre dieu, maître de la clarté,

L'éblouissant Phoebus qui montait dans sa gloire ?

Car les arbres des bois vivent, en vérité.

 

 

 

 

Gabriel de Pimodan

Poésies de Pimodan. Lyres et clairons.

Le Coffret de perles noires...

Vanier, 1899

 

 

 

 

 

 

bucheron

 

Source : Bibliothéque nationale de France

SG

 

                  et des arbres...
   

Abricotier     Acacia    Alisier     Aloès     Amandier    Arbre à soie    Arbre de Judée    Arganier  Aubépin   Aulne    Baobab    Bouleau    Caroubier    Cactus     Cédratier    Cèdre    Cerisier    Charme   Châtaignier    Chêne    Citronnier    Cocotier    Cognassier     Cornouiller    Cyprès    Érable      Eucalyptus    Figuier    Flamboyant    Frêne    Ginkgo   Grenadier    Hêtre    If    Laurier    Lilas    Magnolia    Manguier    Marronnier    Mélèze    Mélia azédarach    Micocoulier     Mimosa    Mûrier-platane     Niaouli    Noisetier    Noyer     Ombú    Olivier    Oranger    Orme    Palmier    Pêcher    Peuplier    Pin    Plaqueminier    Platane    Poirier    Pommier   Prunier    Robinier    Santal    Sapin    Saule    Séquoia    Sophora    Sorbier    Sureau    Sycomore    Teck    Térébinthe    Tilleul    Tremble    Tulipier

 

Feuille

Forêt

À ce jour, 1243 poètes, 2800 poèmes

et de nombreux artistes ...

Bonne lecture !

Sylvie Gaté