26 février 2012 7 26 /02 /février /2012 09:00
  

La coupe sèche où je fagote

Craque au soleil comme un panier.

Craquent les glands de l'an dernier

Et les vieux ronciers en pelotes.

 

J'entasse chaudes et légères

Les reliques des grands sapins,

Et les précieux parchemins

Que les bouleaux abandonnèrent.

 

Craquent les branches évidées.

Je marche délicatement

Sur les fragiles ossements

D'un passé de haute-volée.

 

Comme la mort est familière

Et comme elle est bonne à toucher

Sur l'humus à peine ébauché

Qu'agriffe déjà la bruyère.

 

Que je vous aime esquilles grises,

Fruits d'écailles, rameaux sans poids,

Bruit subtil des charbons de bois

Qui roulent sous la moindre brise !

 

Dites, lorsque m'auront ravie

Les fardiers de l'éternité,

Qui donc aimera fagoter

Sur l'emplacement de ma vie ?

 

 

 

 

Lucienne Desnoues

Les Racines

Raisons d'être, 1952

SG

 

                  et des arbres...
   

Abricotier     Acacia    Alisier     Aloès     Amandier    Arbre à soie    Arbre de Judée    Arganier  Aubépin   Aulne    Baobab    Bouleau    Caroubier    Cactus     Cédratier    Cèdre    Cerisier    Charme   Châtaignier    Chêne    Citronnier    Cocotier    Cognassier     Cornouiller    Cyprès    Érable      Eucalyptus    Figuier    Flamboyant    Frêne    Ginkgo   Grenadier    Hêtre    If    Laurier    Lilas    Magnolia    Manguier    Marronnier    Mélèze    Mélia azédarach    Micocoulier     Mimosa    Mûrier-platane     Niaouli    Noisetier    Noyer     Ombú    Olivier    Oranger    Orme    Palmier    Pêcher    Peuplier    Pin    Plaqueminier    Platane    Poirier    Pommier   Prunier    Robinier    Santal    Sapin    Saule    Séquoia    Sophora    Sorbier    Sureau    Sycomore    Teck    Térébinthe    Tilleul    Tremble    Tulipier

 

Feuille

Forêt

À ce jour, 1243 poètes, 2799 poèmes

et de nombreux artistes ...

Bonne lecture !

Sylvie Gaté