21 octobre 2012 7 21 /10 /octobre /2012 06:31

 

 

                                          À Francisque Sarcey.

 

 

 

Ne vous semble-t-il pas que l'arbre nous regarde,

Que l'arbre nous écoute et qu'on l'entend parfois,

Et qu'on peut, dans chacun, pour peu qu'on prenne garde,

Reconnaître un visage et trouver une voix ?

 

Après tout, pourquoi pas ? Car tout arbre est un être,

Selon sa destinée, hilare ou gémissant ;

Le charme ne dit pas tout ce que dit le hêtre,

Mais tous deux ont une âme et parlent au passant.

 

Le chêne, montagnard cramponné sur la pente

Où le granit paraît toujours prêt à rouler,

Robuste compagnon, est la rude charpente

Empêchant les sommets altiers de s'écrouler.

 

Le marronnier sourit ; bien portante et bourgeoise,

Sa verdure abondante incite à la gaîté :

C'est la note en plein air, la ronde villageoise,

Refrain de Béranger par cent voix répété.

 

Tordu, ridé, blanchi comme un vieux misérable,

Le saule rabougri, séché, mort à demi,

Montre son tronc noueux au ciel inexorable,

Ainsi qu'un poing fermé lève vers l'ennemi.

 

Le solide noyer, qu'on frappe à coups de gaule,

Pour en faire tomber son délicieux fruit,

C'est le dur travailleur, son fardeau sur l'épaule,

Qui ne se plaint jamais et besogne sans bruit.

 

Le tilleul est calmant, reposant, balsamique ;

Mais bien qu'il soit superbe et malgré qu'il soit fort,

Il a je ne sais quoi d'un peu mélancolique :

Souvenir qui s'efface ou chagrin qui s'endort.

 

Le svelte peuplier, doigt géant qui se dresse

Sur le bord de la route où passe le lourdaud,

Semble, pour notre peine avoir quelque tendresse

Et promettre qu'on trouve autre chose là-haut.

 

Le sapin, toujours noir, où ne glisse aucune aile,

Où nulle fleur ne s'ouvre, où ne chante aucun nid,

Nous dit que la souffrance, hélas ! est éternelle,

Tandis que le bonheur est bien vite fini.

 

Le tremble qui s'agite, et murmure et soupire,

Harpe vibrant toujours, sonore, au moindre vent,

C'est le rêveur que sa pauvre douleur inspire,

Qui chante quelquefois, mais qui pleure souvent !

 

— Ne vous semble-t-il pas que l'arbre nous regarde,

Que l'arbre nous écoute et qu'on l'entend parfois,

Et qu'on peut dans chacun, pour peu qu'on prenne garde,

Reconnaître un visage et trouver une voix ?

 

 

 

 

Henri Second

La Sylphide, revue littéraire

1897

SG

 

                  et des arbres...
   

Abricotier     Acacia    Alisier     Aloès     Amandier    Arbre à soie    Arbre de Judée    Arganier  Aubépin   Aulne    Baobab    Bouleau    Caroubier    Cactus     Cédratier    Cèdre    Cerisier    Charme   Châtaignier    Chêne    Citronnier    Cocotier    Cognassier     Cornouiller    Cyprès    Érable      Eucalyptus    Figuier    Flamboyant    Frêne    Ginkgo   Grenadier    Hêtre    If    Laurier    Lilas    Magnolia    Manguier    Marronnier    Mélèze    Mélia azédarach    Micocoulier     Mimosa    Mûrier-platane     Niaouli    Noisetier    Noyer     Ombú    Olivier    Oranger    Orme    Palmier    Pêcher    Peuplier    Pin    Plaqueminier    Platane    Poirier    Pommier   Prunier    Robinier    Santal    Sapin    Saule    Séquoia    Sophora    Sorbier    Sureau    Sycomore    Teck    Térébinthe    Tilleul    Tremble    Tulipier

 

Feuille

Forêt

À ce jour, 1243 poètes, 2799 poèmes

et de nombreux artistes ...

Bonne lecture !

Sylvie Gaté