8 octobre 2012 1 08 /10 /octobre /2012 06:14

 

      J'ai vu languir au fond de la vallée
      Un jeune arbuste oublié du bonheur ;
L'aurore se levait sans éclairer sa fleur,
Et pour lui la nature était sombre et voilée.
Son front pour s'élever faisait un vain effort ;
L'ombre humide éteignait sa force languissante ;
Un éternel hiver, une eau triste et dormante
Jusque dans sa racine allait porter la mort.
« Hélas ! faut-il mourir sans connaître la vie ! »
Disait le jeune arbuste en courbant ses rameaux ;
« Je n'atteindrai jamais de ces arbres si beaux
      La couronne verte et fleurie !
Ils dominent au loin sur les champs d'alentour ;
On dit que le soleil dore leur beau feuillage,
      Et moi sous leur impénétrable ombrage
          Je devine à peine le jour.
Vallée où je me meurs, votre triste influence
A préparé ma chute auprès de ma naissance !
      Bientôt, hélas ! je ne dois plus gémir !
      Déjà ma feuille a cessé de frémir !...
      Je meurs ! je meurs! » Ce douloureux murmure
      Toucha le dieu protecteur du vallon.
      C'était le temps où le noir Aquilon
      Laisse, en fuyant, respirer la nature.
      « Non ! dit le dieu : qu'un souffle de chaleur
      Pénètre au sein de ta tige glacée !
      Ta vie heureuse est enfin commencée ;
      Relève-toi, j'ai ranimé ta fleur.
      Je te consacre aux nymphes des bocages,
      À mes lauriers tes rameaux vont s'unir ;
Et j'irai quelque jour sous leurs jeunes ombrages
          Chercher un souvenir. »


L'arbrisseau, faible encor, tressaillit d'espérance ;
Dans le pressentiment goûta l'existence :

Comme l'aveugle-né, saisi d'un doux transport,
Voit fuir sa longue nuit, image de la mort,
Quand une main divine entr'ouvre sa paupière.
Et conduit à son âme un rayon de lumière,
L'air qu'il respire alors est un bienfait nouveau
      L'air est plus pur venant d'un ciel si beau !

 

 

 

 

Marceline Desbordes-Valmore

Les Poésies de l'enfance

Garnier, 1881

SG

 

                  et des arbres...
   

Abricotier     Acacia    Alisier     Aloès     Amandier    Arbre à soie    Arbre de Judée    Arganier  Aubépin   Aulne    Baobab    Bouleau    Caroubier    Cactus     Cédratier    Cèdre    Cerisier    Charme   Châtaignier    Chêne    Citronnier    Cocotier    Cognassier     Cornouiller    Cyprès    Érable      Eucalyptus    Figuier    Flamboyant    Frêne    Ginkgo   Grenadier    Hêtre    If    Laurier    Lilas    Magnolia    Manguier    Marronnier    Mélèze    Mélia azédarach    Micocoulier     Mimosa    Mûrier-platane     Niaouli    Noisetier    Noyer     Ombú    Olivier    Oranger    Orme    Palmier    Pêcher    Peuplier    Pin    Plaqueminier    Platane    Poirier    Pommier   Prunier    Robinier    Santal    Sapin    Saule    Séquoia    Sophora    Sorbier    Sureau    Sycomore    Teck    Térébinthe    Tilleul    Tremble    Tulipier

 

Feuille

Forêt

À ce jour, 1243 poètes, 2800 poèmes

et de nombreux artistes ...

Bonne lecture !

Sylvie Gaté