17 juillet 2022 7 17 /07 /juillet /2022 13:59

 

À la mémoire très sacrée du poète

Stephan Zeromski.

 

   

Où es-tu, arbre puissant et fier,

Ample en ramure, bruissant de feuilles,

Avec ton nœud de racines qui pousse dans la terre,

Ô toi, mon arbre, qui fera mon cercueil ?

 

Il me faut te connaître, palper ton corps rugueux,

T'appeler par les bois, te héler par les halliers :

Où-es tu, arbre secret, arbre cercueilleux ?

Ton compagnon de lit est venu te chercher.

 

Il rôde désorienté dans la forêt sombre,

Il ne peut y distinguer son arbre.

Fais-moi un bruit, un bruit léger pour notre éternité,

Avant que je me couche avec toi pour sommeiller.

 

Vrai, ne devons-nous pas nous entendre à l'avance

Pour ces travaux de la mort, si difficiles,

Nous qu'en dehors du temps doit occuper la tâche

De nous changer en cendre, en mottes stériles ?

 

Peut-être parmi les troncs flottant sur l'eau bleu-ciel

Me viens-tu, dur vogueur, d'une distance immense,

Et nous aurons bien honte, mon voisin éternel,

De n'avoir pas avant la mort fait connaissance.

 

Et peut-être pousses-tu juste devant ma porte,

Tous les jours salué et nul jour reconnu,

Et quelque main peut-être a taillé dans ton écorce

Des lettres de tendresse, un cœur connu.

 

Longuement, cœur à cœur, je bruirai avec toi,

Je t'ébranlerai d'un vers, je t'émouvrai par une complainte,

Pour que tu m'écartes cette terre noirâtre

Et que de nouveau tu fleurisses, étonnement des tombes,

 

Pour que tu me greffes sur toi d'une façon quelconque

Et qu'avec une force inconnue tu me tires de la glaise.

Peut-être un de mes nerfs saura s'unir avec la tige

Et nous nous arbrerons d'un seul jet sur la tombe.

 

Peut-être par un immense soupir de la glèbe

La Terre verte nous portera bien haut,

La Terre, la Terre unique, la Terre du berceau,

Blessée en plein cœur par cette tombe.

 

 

 

 

Julian Tuwim

Traduction d'Armand Robin (1926)

Écrits oubliés II

Éditions Ubacs

 

 

 

 

 

 

Nieznane drzewo

 

                                          Poświęcam najświętszej pamięci

                                                                          Stefana Żeromskiego.

 

 

 

Gdzie je­steś, drze­wo moc­ne i dum­ne,
Roz­ga­łę­zio­ne, li­ścia­mi szum­ne,
Wę­złem ko­rze­ni za­ro­słe w zie­mi,
Drze­wo, z któ­re­go będę miał trum­nę?

Mu­szę cię po­znać, w korę za­stu­kać,
Po la­sach wo­łać, po bo­rach hu­kać:
Gdzie­żeś, ta­jem­ne drze­wo tru­mien­ne?
Twój na­rze­czo­ny przy­szedł cię szu­kać!

Błą­dzi stra­pio­ny po ca­łym bo­rze,
Drze­wa swo­je­go zna­leźć nie może,
Za­szum mi, za­szum na wiecz­ność na­szą,
Za­nim się z tobą do snu uło­żę.

Trze­ba się prze­cież umó­wić wprzó­dy
Na owe cięż­kie, śmier­tel­ne tru­dy,
Gdy nam są­dzo­no po nie­skoń­czo­ność
Zmie­niać się w po­piół, w bez­płod­ne gru­dy.

Może na tra­twach po si­nej fali
Przy­pły­niesz do mnie z ogrom­nej dali,
I wstyd nam bę­dzie wiecz­ny są­sie­dzie,
Żeśmy do śmier­ci się nie po­zna­li!...

A może ro­śniesz przed moim do­mem,
Co dzień wi­ta­ne a nie­zna­jo­me,
I ktoś ci może wy­rze­zał w ko­rze
Małe li­te­ry, ser­ce wia­do­me?

Dłu­go, ser­decz­nie ga­dał­bym z tobą,
Wzru­szył­bym wier­szem, wy­mógł ża­ło­bą,
Żebyś roz­par­ło tę zie­mię czar­ną
I znów za­kwi­tło, na dzi­wo gro­bom.

Żebyś mnie w sie­bie ja­koś wsz­cze­pi­ło,
Wy­dar­ło z zie­mi ukry­tą siłą!
Coś może złą­czy nerw ja­kiś z kłą­czem
I za­drze­wi­my się nad mo­gi­łą!

Może ogrom­nym wes­tchnie­niem z łona
W górę nas wznie­sie zie­mia zie­lo­na,
Zie­mia je­dy­na, zie­mia ro­dzi­ma,
Tym gro­bem w samo ser­ce zra­nio­na.

 

 

Julian Tuwim

 

                  et des arbres...
   

Abricotier     Acacia    Alisier     Aloès     Amandier    Arbre à soie    Arbre de Judée    Arganier  Aubépin   Aulne    Baobab    Bouleau    Caroubier    Cactus     Cédratier    Cèdre    Cerisier    Charme   Châtaignier    Chêne    Citronnier    Cocotier    Cognassier     Cornouiller    Cyprès    Érable      Eucalyptus    Figuier    Flamboyant    Frêne    Ginkgo   Grenadier    Hêtre    If    Laurier    Lilas    Magnolia    Manguier    Marronnier    Mélèze    Mélia azédarach    Micocoulier     Mimosa    Mûrier-platane     Niaouli    Noisetier    Noyer     Ombú    Olivier    Oranger    Orme    Palmier    Pêcher    Peuplier    Pin    Plaqueminier    Platane    Poirier    Pommier   Prunier    Robinier    Santal    Sapin    Saule    Séquoia    Sophora    Sorbier    Sureau    Sycomore    Teck    Térébinthe    Tilleul    Tremble    Tulipier

 

Feuille

Forêt

À ce jour, 1243 poètes, 2800 poèmes

et de nombreux artistes ...

Bonne lecture !

Sylvie Gaté