10 septembre 2012 1 10 /09 /septembre /2012 06:07

 

                             fable

 

 

Un homme perdait ses cheveux

Et sur sa brosse et dans son peigne,

Tant et si bien qu'à telle enseigne

Il devint chauve en moins de deux.

Il avait un crâne tout rose

Qui ressemblait à un genou

Et gardait sa tête bien close

Sous un chapeau, même au mois d'août.

Se promenant à la campagne

Il vit un arbre dénudé

Lisse comme mât de cocagne,

Que le vent avait effeuillé.

Eh bien ! mon vieux, dit le brave homme,

Je te trouve tel que je suis

Tu n'as plus de cheveux en somme

Puisque ton feuillage est parti ;

L'arbre lui dit : pauvre cervelle

Reviens donc me voir cet été

J'aurai ma perruque nouvelle

Et ton crâne déshabité

Sera bien content je présage

De la fraîcheur de mon ombrage.

 

Cela prouve qu'il faut penser

Avant de faire sa harangue

Et retourner sept fois sa langue

Dans la bouche avant de parler.

 

 

 

 

Roger Bonhomme

Poèmes et réflexions

1977

SG

 

                  et des arbres...
   

Abricotier     Acacia    Alisier     Aloès     Amandier    Arbre à soie    Arbre de Judée    Arganier  Aubépin   Aulne    Baobab    Bouleau    Caroubier    Cactus     Cédratier    Cèdre    Cerisier    Charme   Châtaignier    Chêne    Citronnier    Cocotier    Cognassier     Cornouiller    Cyprès    Érable      Eucalyptus    Figuier    Flamboyant    Frêne    Ginkgo   Grenadier    Hêtre    If    Laurier    Lilas    Magnolia    Manguier    Marronnier    Mélèze    Mélia azédarach    Micocoulier     Mimosa    Mûrier-platane     Niaouli    Noisetier    Noyer     Ombú    Olivier    Oranger    Orme    Palmier    Pêcher    Peuplier    Pin    Plaqueminier    Platane    Poirier    Pommier   Prunier    Robinier    Santal    Sapin    Saule    Séquoia    Sophora    Sorbier    Sureau    Sycomore    Teck    Térébinthe    Tilleul    Tremble    Tulipier

 

Feuille

Forêt

À ce jour, 1252 poètes, 2816 poèmes

et de nombreux artistes ...

Bonne lecture !

Sylvie Gaté