26 juillet 2011 2 26 /07 /juillet /2011 09:20

 

Le soir tandis

que des cimes des arbres battant leurs ailes invisibles

les bruissements s'échappent et vont se consumer au loin

par le silence et par le feu — j'entends

(et toujours cet oracle me parvient de ma lointaine enfance)

l'arbre qu'un jour d'été j'entendis

là-bas dans notre champ face à la mer.

 

 

Il me parlait comme en mon rêve.

Sa voix venait de l'infini.

Son langage, plus haut qu'est langage de l'eau,

était lumière, était marée,

était de feuilles et de feu.

Séduction de promesses qui m'étaient étrangères.

Parfois un flottement circulaire, puis, de nouveau,

départ.

       Cet arbre, venu de l'infini, venait

de mes propres abîmes et me parlait et se taisait.

Son charme me portait — c'était la joie

de s'accomplir à l'infini.

 

 

Le soir à l'heure du repos tandis

que parle l'arbre

j'ai le désir d'une autre joie

                            (ah l'enfance tranquille !)

Je suis figé.

                            Triste désir.

 

 

Cette vie lointaine et si douce

est vision,

est mirage aussi.

Il fait silence autour de moi.

 

Mais va le vent, passent les bruissements

vague par vague.

J'entends l'écho des rives, le bruit du sable.

L'arbre m'emporte et c'est

ce que j'entends mon acheminement

ce parcours sans répit.

Je suis le voyageur de l'infini.

 

Il faut marcher.

Le repos, le bonheur, la joie

ne sont que de vaines haltes. C'est notre exil

ce devenir. Le monde n'est qu'un devenir

et le monde est un autre monde

à chaque instant.

 

Ces bruissements qui se consument à renouveau

ne sont que ce puissant trajet,

cet élan qui emporte et nous arrache de nous-mêmes.

Notre être déchiré nous sera rendu

grand ouvert.

 

Parle l'arbre

et nous marchons à l'unisson.

La joie circule dans le bois

et les ombres avec.

 

                                           (Traduction de Marc Delouze)

 

 

 

Nikoghos Sarafian

La poésie arménienne

Les Éditeurs français réunis

SG

 

                  et des arbres...
   

Abricotier     Acacia    Alisier     Aloès     Amandier    Arbre à soie    Arbre de Judée    Arganier  Aubépin   Aulne    Baobab    Bouleau    Caroubier    Cactus     Cédratier    Cèdre    Cerisier    Charme   Châtaignier    Chêne    Citronnier    Cocotier    Cognassier     Cornouiller    Cyprès    Érable      Eucalyptus    Figuier    Flamboyant    Frêne    Ginkgo   Grenadier    Hêtre    If    Laurier    Lilas    Magnolia    Manguier    Marronnier    Mélèze    Mélia azédarach    Micocoulier     Mimosa    Mûrier-platane     Niaouli    Noisetier    Noyer     Ombú    Olivier    Oranger    Orme    Palmier    Pêcher    Peuplier    Pin    Plaqueminier    Platane    Poirier    Pommier   Prunier    Robinier    Santal    Sapin    Saule    Séquoia    Sophora    Sorbier    Sureau    Sycomore    Teck    Térébinthe    Tilleul    Tremble    Tulipier

 

Feuille

Forêt

À ce jour, 1239 poètes, 2787 poèmes

et de nombreux artistes ...

Bonne lecture !

Sylvie Gaté