23 juillet 2011 6 23 /07 /juillet /2011 11:25

 

Parmi les chênes, les épicéas héroïques vous êtes des

      mères taciturnes et humbles,

fécondes et conciliantes, pommiers qui vous inclinez,

tout parfum...

 

Vous êtes les Parques consolatrices

penchées sur le berceau de ma misère.

 

Blanchâtre, le ciel au-dessus de vous

est comme deux bras tendus, maternels.

 

Navires aux voiles vertes, grises et roses,

bombées vers le port d'une joie profonde.

 

Pommiers, mariées de printemps, nourrices d'automne,

squelettes en hiver où vous frissonnez,

pliés par les ans,

 

je vous caresse comme de bonnes vaches vieillies,

peut-être un peu jaloux au fond du cœur :

de ne pas être si généreux, muet, résigné,

mais, pris dans les fils d'araignée de l'angoisse,

de me cabrer sans cesse...

 

 

 

 

Bohuslav Reynek

La poésie tchèque moderne

par Petr Král

Belin, 1990

SG

 

                  et des arbres...
   

Abricotier     Acacia    Alisier     Aloès     Amandier    Arbre à soie    Arbre de Judée    Arganier  Aubépin   Aulne    Baobab    Bouleau    Caroubier    Cactus     Cédratier    Cèdre    Cerisier    Charme   Châtaignier    Chêne    Citronnier    Cocotier    Cognassier     Cornouiller    Cyprès    Érable      Eucalyptus    Figuier    Flamboyant    Frêne    Ginkgo   Grenadier    Hêtre    If    Laurier    Lilas    Magnolia    Manguier    Marronnier    Mélèze    Mélia azédarach    Micocoulier     Mimosa    Mûrier-platane     Niaouli    Noisetier    Noyer     Ombú    Olivier    Oranger    Orme    Palmier    Pêcher    Peuplier    Pin    Plaqueminier    Platane    Poirier    Pommier   Prunier    Robinier    Santal    Sapin    Saule    Séquoia    Sophora    Sorbier    Sureau    Sycomore    Teck    Térébinthe    Tilleul    Tremble    Tulipier

 

Feuille

Forêt

À ce jour, 1243 poètes, 2799 poèmes

et de nombreux artistes ...

Bonne lecture !

Sylvie Gaté