1 novembre 2012 4 01 /11 /novembre /2012 07:25

 

La nuit était fort noire et la forêt très-sombre.

Hermann à mes côtés me paraissait une ombre.

Nos chevaux galopaient. À la garde de Dieu !

Les nuages du ciel ressemblaient à des marbres.

Les étoiles volaient dans les branches des arbres

         Comme un essaim d'oiseaux de feu.

 

Je suis plein de regrets. Brisé par la souffrance,

L'esprit profond d'Hermann est vide d'espérance.

Je suis plein de regrets. Ô mes amours, dormez !

Or, tout en traversant ces solitudes vertes,

Hermann me dit : « Je songe aux tombes entr'ouvertes ; »

Et je lui dis : « Je pense aux tombeaux refermés ! »

 

Lui regarde en avant : je regarde en arrière.

Nos chevaux galopaient à travers la clairière ;

Le vent nous apportait de lointains angelus ;

Il dit : « Je songe à ceux que l'existence afflige,

« A ceux qui sont, à ceux qui vivent.— Moi, » lui dis-je,

         « Je pense à ceux qui ne sont plus ! »

 

Les fontaines chantaient. Que disaient les fontaines ?

Les chênes murmuraient. Que murmuraient les chênes ?

Les buissons chuchotaient comme d'anciens amis.

Hermann me dit : « Jamais les vivants ne sommeillent.

« En ce moment, des yeux pleurent, d'autres yeux veillent. »

Et je lui dis : « Hélas ! d'autres sont endormis ! »

 

Hermann reprit alors : « Le malheur, c'est la vie.

« Les morts ne souffrent plus. Ils sont heureux ! j'envie

« Leur fosse où l'herbe pousse, où s'effeuillent les bois.

« Car la nuit les caresse avec ses douces flammes ;

« Car le ciel rayonnant calme toutes les âmes

         « Dans tous les tombeaux à la fois ! »

 

Et je lui dis : « Tais-toi ! respect au noir mystère !

« Les morts gisent couchés sous nos pieds dans la terre.

« Les morts, ce sont les cœurs qui t'aimaient autrefois !

« C'est ton ange expiré ! c'est ton père et ta mère!

« Ne les attristons point par l'ironie amère.

« Comme à travers un rêve ils entendent nos voix. »

 

 

 

 

Victor Hugo

Les contemplations II

M. Lévy frères ,1856

 

 

 

 

 

 

Guillaume Bodinier

Guillaume Bodinier

Musée des Beaux-Arts, Angers

 

SG

 

                  et des arbres...
   

Abricotier     Acacia    Alisier     Aloès     Amandier    Arbre à soie    Arbre de Judée    Arganier  Aubépin   Aulne    Baobab    Bouleau    Caroubier    Cactus     Cédratier    Cèdre    Cerisier    Charme   Châtaignier    Chêne    Citronnier    Cocotier    Cognassier     Cornouiller    Cyprès    Érable      Eucalyptus    Figuier    Flamboyant    Frêne    Ginkgo   Grenadier    Hêtre    If    Laurier    Lilas    Magnolia    Manguier    Marronnier    Mélèze    Mélia azédarach    Micocoulier     Mimosa    Mûrier-platane     Niaouli    Noisetier    Noyer     Ombú    Olivier    Oranger    Orme    Palmier    Pêcher    Peuplier    Pin    Plaqueminier    Platane    Poirier    Pommier   Prunier    Robinier    Santal    Sapin    Saule    Séquoia    Sophora    Sorbier    Sureau    Sycomore    Teck    Térébinthe    Tilleul    Tremble    Tulipier

 

Feuille

Forêt

À ce jour, 1243 poètes, 2800 poèmes

et de nombreux artistes ...

Bonne lecture !

Sylvie Gaté